Zone Musique | Radio-Canada

Logo Radio-Canada

Blogue

Messages les plus récents

zone Musique

3mai

Stromae danse toujours




Sa chanson Alors on danse a marqué l’année 2010 avec son rythme dance et son saxo répétitif.

Du studio à la scène, le passage est parfois cahoteux pour bien des artistes. Mais Stromae s’est lancé à corps perdu dans une tournée qui lui fait visiter l’Europe, et l’Amérique (à Montréal le 18 juin aux FrancoFolies) dans une moindre mesure.

Je l’ai rencontré dans les couloirs de la radio alors qu’il était en tournée de promotion au Québec.

Regardez l’entrevue.


Hyperliens :
Le site officiel de Stromae
Le site MySpace de Stromae
Catégories :  EntrevuesActualités musicales

21fév

The Dears : réaliser l’album ultime




Après une période difficile, le groupe The Dears revient plus soudé que jamais. Murray Lightburn et Natalia Yamchak, les deux têtes pensantes de la formation montréalaise, ont repris contact avec d’anciens membres du groupe. Première : Murray Lightburn a concédé du pouvoir créatif aux autres membres. Autre première : embaucher un réalisateur, en la personne de Tony Hoffer. Le résultat : Degeneration streets, un album aux mélodies explosives et hautement contagieuses.



Les retrouvailles se sont faites naturellement, explique la claviériste Natalia Yanchak dans le local de répétitions du groupe. À la fin de la tournée de Missiles, l’album précédent, tous les musiciens écrivaient des chansons. « On a informé les anciens membres qu’on allait commencer un nouvel album et on a demandé s’ils voulaient en faire partie. »




« Il n’y avait aucun plan pour ce disque parce que The Dears était en train de se désintégrer. Je ne voulais pas faire le disque seul ou avec Natalia (quoiqu’il devait peut-être être un album solo). Je voulais m’entourer de mes amis, avec lesquels j’étais encore en contact. La différence entre Missiles et ce disque : un mandat clair en tant que groupe et comment nous allions travailler », explique le chanteur Murray Lightburn.

Ce but commun consistait à créer le disque ultime des Dears, le meilleur. « On a composé près de 30 chansons. Quand on est allés au Mexique en résidence, tout le monde s’est entendu sur les 14 qui allaient paraître sur l’album », poursuit le chanteur des Dears.




Un réalisateur
Pour la première fois de leur carrière, les membres des Dears ont embauché un réalisateur. « Avec notre mode de fonctionnement, on avait réellement besoin d’un arbitre. Je vois le rôle d’un réalisateur comme un juge impartial de la situation, capable de s’élever au-dessus du chaos que le groupe crée. Quand nous lui avons envoyé un disque dur complet de 150 gigaoctets, il a été capable de traiter les 60, 70 ou 80 pistes par chansons et de faire le disque », raconte Murray Lightburn.




La collaboration s’est faite de manière virtuelle, à distance, grâce à quelques appels par Skype et à une pléthore de conversations en ligne, explique Natalia Yanchak. Murray Lightburn loue d’ailleurs les merveilles de la technologie dans la production musicale. « Je travaille actuellement avec un groupe. Je ne les ai pas vus une seule fois en un an. Le mixeur est à Los Angeles, le groupe à Toronto, et je suis à Montréal. »

Création et collaboration à distance, certes, mais le résultat ne risque-t-il pas d’en pâtir? « Cela dépend des besoins du groupe, rétorque Natalia Yanchak. Il y avait beaucoup de confiance entre nous et Tony Hoffer. Nous respections ses décisions, il respectait les nôtres en tant que musiciens et compositeurs. » « Tony a réalisé beaucoup d’albums, et nous savons depuis longtemps ce que le groupe veut accomplir, renchérit Murray Lightburn. Nous lui avons permis de nous indiquer quand nous étions dans l’erreur ou quand nous allions trop loin », ajoute Natalia Yanchak.




Degeneration streets est-il l’album de la résurrection des Dears, celui de la cohésion serrée en tant que groupe? Natalia Yanchak n’en sait absolument rien. « Chaque album ressemble à un accouchement. On n’aime pas un enfant plus qu’un autre, on les aime tous également, chacun d’entre eux a sa personnalité. On les met au monde en espérant qu’ils feront de leur mieux. »


Hyperliens :
Le site officiel des Dears
Le site MySpace des Dears
Catégories :  EntrevuesActualités musicalesAnglophone

9oct

Le vinyle, un engouement pas encore rentable, selon Eli Bissonnette


Le retour en force du vinyle dans le coeur des mélomanes ne se traduit pas encore en ventes concrètes, au Québec du moins. C'est la conclusion à laquelle est venu Eli Bissonnette, directeur artistique et président des étiquettes Grosse Boîte et Dare To Care Records.

Voici l'entrevue qu'il nous a récemment accordée à ce sujet.


Catégories :  Entrevues

21mai

Laurence Hélie, l’amoureuse du country-folk


Choriste de Catherine Durand et ingénieure du son de métier, Laurence Hélie se lance à l’eau avec un premier disque.

Folle amoureuse de folk, de country américain et de bluegrass, Laurence Hélie offre son interprétation de ces vénérables styles, mais en français. Je l’ai rencontrée dans notre studio web (pour des raisons hors de notre volonté, nous avons dû supprimer une partie de cette entrevue).





Hyperliens :
Le site officiel de Laurence Hélie
Le site MySpace de Laurence Hélie

Catégories :  ChansonEntrevues

20mai

France Beaudoin : une heure avec... saison 2009-2010


France Beaudoin


Toutes les émissions de la saison 2009-2010 de France Beaudoin : une heure avec... à Espace musique sont maintenant offertes en écoute sur le web.

Réécoutez l'intégrale des entrevues que France Beaudoin a réalisées avec Laurence Jalbert, Diane Lavoie, Corneille, Ima et d’autres.

En outre, l’émission Bons baisers de France revient à l’antenne de la télévision de Radio-Canada pour tout l’été, dès lundi 17 mai.


Émissions intégrales :
1er octobre 2009 : Marie Mai
8 octobre 2009 : France Castel
15 octobre 2009 : Luc De Larochellière
22 octobre 2009 : Antoine Gratton
29 octobre 2009 : Florence K
5 novembre 2009 : Lyne Fortin
12 novembre 2009 : Marc Hervieux
19 novembre 2009 : Martin Deschamps
26 novembre 2009 : Laurence Jalbert
3 décembre 2009 : Daniel Lavoie
10 décembre 2009 : Marina Orsini
17 décembre 2009 : Vincent Vallières
21 janvier 2010 : Normand Brathwaite
28 janvier 2010 : Anne Dorval
4 février 2010 : Sophie Prégent
11 février 2010 : Ima
18 février 2010 : Catherine Durand
25 février 2010 : Corneille
4 mars 2010 : Catherine Major
11 mars 2010 : Marco Calliari
18 mars 2010 : Marie-Michèle Desrosiers
25 mars 2010 : Nicole Martin
1er avril 2010 : Stéphanie Lapointe


Équipe de l'émission :
Animation : France Beaudoin
Recherche : Amélie Grenier
Réalisation : Marie-Claude Senécal
Catégories :  ChansonEntrevues

23avr

Arthur H en solo


Après un disque dansant et techno-rock, Arthur H a eu envie de voir s’il y était et de revenir à la simplicité volontaire.

S’ensuit donc l’album Mystic rumba, où le chanteur réinterprète 20 de ses chansons préférées en carrière, ainsi que 4 inédites.

Je l’ai rencontré pour discuter de cet album, de cette session d’enregistrement marquée par la solitude et de la tournée en solo.




Nous poursuivons la discussion avec Arthur H sur son amour du Québec et sur la direction qu’il entend donner à son prochain disque.




Arthur H est donc en spectacle au Québec :
23 avril, au Théâtre le Petit Champlain, à Québec;
24 avril, au Zaricot café acoustique, à Saint-Hyacinthe;
28 avril, à la Salle J. Antonio Thompson, à Trois-Rivières;
29 et 30 avril, à L’Astral, à Montréal;
1er mai, au Théâtre Granada, à Sherbrooke.


Hyperliens :
Le site officiel d'Arthur H
Le site MySpace d'Arthur H

Catégories :  ChansonEntrevues

26mar

Juliette Greco sous toutes ses coutures


Dans le documentaire Juliette Greco – Je suis comme je suis, la réalisatrice Brigitte Huault-Delannoy braque sa caméra sur une Juliette Gréco qui révèle tout de sa vie intime et professionnelle.

La grande Juliette Gréco était de passage à Montréal. Écoutez l’entrevue qu’elle a accordée à Monique Giroux et regardez le reportage de Claude Deschênes au Téléjournal Montréal.


Catégories :  ChansonEntrevues

24mar

Le trop-plein créatif de Michel Gondry



Batteur dans le groupe Oui Oui, Michel Gondry s’est ensuite fait connaître dans le vaste monde de la pop et du rock en tant que réalisateur de vidéoclips.



Sous sa houlette, Björk, Étienne Daho, Iam, The White Stripes, Beck et Radiohead ont pu traduire leur univers musical en images.



L’univers du vidéoclip ne seyait plus à l’imagination débordante de Michel Gondry. Donc, rien d’étonnant à son intérêt pour le cinéma. Les films Eternal sunshine of the spotless mind, La science des rêves et L’épine dans le cœur, son nouveau film, en témoignent.

À Bande à part sur les créateurs, Catherine Pogonat reçoit le prolifique réalisateur, qui répond à l’invitation par une sélection musicale tirée de sa programmation.


Hyperlien :
Le site officiel de Michel Gondry
Catégories :  Entrevues

25fév

Renan Luce : la suite d’un succès


Le chanteur français Renan Luce, Breton plus précisément, était de passage au Québec pour défendre sur scène ses nouvelles chansons.

Après Repenti, qui s’est écoulé en France à 750 000 exemplaires, son deuxième album, Le clan des miros, a fait son apparition chez les disquaires canadiens récemment.

J’en ai profité pour lui poser quelques questions à propos de la production de ce deuxième album (il adore le travail en studio) et sur ses premières expériences musicales.




Par la suite, nous parlons de ses textes, de son inspiration, d’un troisième album (des esquisses de chansons trottent déjà dans sa tête) et de ses vidéoclips, qui sont de véritables petites perles d’histoires.




Renan Luce a reçu l’insigne honneur d’interpréter la pièce titre du film Le petit Nicolas, On n’est pas à une bêtise près. Le film est une adaptation de la bande dessinée de Jean-Jacques Sempé et René Goscinny.




Hyperliens :
Le site officiel de Renan Luce
Le site MySpace de Renan Luce
Le site du film Le petit Nicolas

Catégories :  EntrevuesExclusivité

11jan

Entrevue: revoici enfin Dumas


Après avoir passé la dernière année en studio, loin des projecteurs, Dumas est sorti de son mutisme et a repris la scène à la fin du mois de décembre. Ses fans auront amplement le temps de renouer avec le prolifique rockeur, lui qui enchaînera les spectacles partout au Québec au cours des prochains mois.

Dimanche, l'auteur-compositeur-interprète s'est entretenu avec Louis Lemieux à l'émission du matin sur RDI en direct. Dumas aborde cette année passée en studio et le parcours artistique et personnel qui l'a mené à Traces, le cinquième album lancé par l’artiste en douze mois.

Voici l'entrevue en deux temps avec Dumas.




Catégories :  ChansonEntrevues

8jan

Un violoniste québécois joue pour Obama à la Maison-Blanche



En décembre, l'altiste québécois Juan Miguel Hernandez a accepté l'invitation de Michelle Obama et s'est produit à deux reprises à la Maison-Blanche lors des traditionnelles réceptions présidentielles des Fêtes.

Encore peu connu au Québec, Juan Miguel Hernandez fait partie du Harlem Quartet, un ensemble à cordes qui regroupe les lauréats du Sphinx Competition, un concours annuel musical qui se tient à Détroit.

« Nous avons rencontré les Obama la deuxième journée, et Michelle nous a dit qu'elle suivait notre parcours depuis quelque temps », a raconté le jeune violoniste lors de son passage à l'émission Christiane Charette.

C'est le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, qui a contacté l'équipe de l'émission et fait découvrir Juan Miguel Hernandez, un ancien élève de l'école Pierre-Laporte.

En septembre, l'altiste d'origine dominicaine a remporté le premier prix du prestigieux concours international Johannes Brahms à Pörtschach, en Autriche.

Vous pouvez écouter l'entrevue ici.

Hyperliens
Site de Juan Miguel Hernandez
Site du Harlem Quartet
Catégories :  Entrevues

9déc

Renan Luce et Bourbon Gautier chez Monique Giroux



À son émission à Espace musique, Monique Giroux a reçu les chanteurs Renan Luce et Bourbon Gautier pour la sortie de leur album respectif.

Après un premier disque, Repenti, écoulé à 750 000 exemplaires en France, le Français Renan Luce fait face au défi du deuxième disque avec Le clan des Miros. Il sera au Québec du 14 au 25 février 2010 pour y présenter deux spectacles.
Écoutez l’entrevue »»»

Saviez-vous que Bourbon Gautier a tourné avec les Platters, qu’il a été le batteur d’Oliver Jones et de Vic Vogel et qu’il a joué en première partie de Kenny Rogers et de Ray Charles? Le vétéran a pris la route de Nashville pour produire Pays country avec le réalisateur des disques de Garth Brooks.
Écoutez l’entrevue »»»


Hyperliens:
Le site officiel de Renan Luce
Le site officiel de Bourbon Gautier
Catégories :  ChansonEntrevues

1erdéc

Charlotte Gainsbourg et son IRM



À C’est bien meilleur le matin, l’émission matinale montréalaise de la Première Chaîne, René Homier-Roy s’est entretenu avec la chanteuse et actrice Charlotte Gainsbourg.
Écoutez l’entrevue avec Charlotte Gainsbourg »»»

Celle-ci parle de la création de son troisième album, IRM, réalisé par le chanteur américain Beck. Elle y reprend d’ailleurs une pièce de Jean-Pierre Ferland, Le chat du café des artistes. L’album sera en magasin le 8 décembre prochain.

Charlotte Gainsbourg était également en entrevue à l’émission de Monique Giroux à Espace musique.
Écoutez l’entrevue de Monique Giroux avec Charlotte Gainsbourg »»»





Charlotte Gainsbourg met en contexte la chanson IRM




Hyperliens:
Le site officiel de Charlotte Gainsbourg
Le site MySpace de Charlotte Gainsbourg
Le site officiel de Beck
Catégories :  EntrevuesActualités musicales

24sep

Alex Dutilh, Monsieur Jazz


C’est à mon vieux pote Christophe Rodriguez que je dois la rencontre, l’été dernier, d’Alex Dutilh, qui était de passage dans la métropole québécoise pour le 30e Festival international de jazz de Montréal. Évidemment, j’en avais profité pour attirer dans nos studios ce bonze de la critique jazz en France, le temps d’une conversation sur cette passion musicale qui nous unit, entrevue que nous avions gardée en réserve jusqu’à maintenant...

Alex Dutilh, c’est l’une des voix les plus importantes de la critique jazz en France. Né à Dax en 1949, détenteur d’une maîtrise de droit public, il a collaboré comme journaliste et photographe au magazine Jazz Hot (1972-1980) avant de devenir responsable du jazz au Monde de la musique (1983-1992) puis rédacteur en chef et directeur de la rédaction de Jazzman, leader de la presse jazz en Europe de 1992 à 2009 jusqu’à sa toute récente fusion avec Jazz magazine, conséquence pour le moins imprévue de la crise de la presse écrite. Dans un premier temps, Alex Dutilh s’est livré avec grâce à une sorte d’autoportrait qui situe son parcours, sa formation, ses préférences et nous a livré ses impressions sur le Festival international de jazz de Montréal.




En plus des chapeaux susmentionnés, Alex Dutilh est également auteur, réalisateur et animateur d’émissions sur le jazz à France musique (notamment Jazz de cœur, jazz de pique), sur les musiciens amateurs (Avis aux amateurs, À vous de jouer) et sur la chanson (La bonne chanson), de même que présentateur de portraits ou d’émissions de jazz pour Arte TV depuis 1999. Sensible au remue-ménage dans la presse spécialisée, il ne nous a pas caché ses inquiétudes quant à la fusion des deux principaux magazines de jazz français.




Alex Dutilh présente toujours son émission Open jazz à l’antenne de France musique, du lundi au vendredi de 19 h 10 à 20 h, heure de Paris, qu’on peut évidemment entendre via le web. Signalons que le Jazz magazine nouveau, qui intègre désormais une partie du contenu rédactionnel de Jazzman, est arrivé en kiosque et présente un dossier sur les dernières années de Miles Davis.


Hyperliens:
La page de l’émission Open jazz sur France musique
Le site de Jazz magazine

Catégories :  EntrevuesJazz

22sep

Vincent Gagnon et son genre de bleu


Dans ses notes de présentation pour l’album Bleu cendre, notre collègue Ralph Boncy appelle le pianiste Vincent Gagnon « l’un des secrets les mieux gardés de la ville de Québec ». Fort heureusement pour le musicien jazz et pour nous, ce ne sera plus le cas bien longtemps, avec la parution de ce premier disque qui le fait entrer dans la catégorie des artistes à découvrir impérativement.

En toute honnêteté, Vincent Gagnon est loin de nous être inconnu. Pianiste des plus actifs dans la région de Québec, il s’est illustré aux côtés de nombreux artistes de jazz et pas des moindres: le saxophoniste Michel Côté (au sein de Gigodons), le batteur François Côté et le contrebassiste Renaud Paquet (au sein du Pho trio), sans oublier les chanteuses Annie Poulain, Virginie Hamel et Lily Thibodeau. De passage à Montréal quelques jours avant le lancement de son album, Vincent Gagnon en a profité pour nous rendre visite, histoire d’esquisser un bilan provisoire de sa carrière.




Dans la deuxième partie de notre entretien, ce musicien autodidacte qui a bien failli devenir ingénieur électrique me parle de la genèse de ce premier album tant attendu, au titre à forte connotation poétique qui évoque évidemment le Kind of blue de Miles Davis. Gagnon nous confie du même souffle son admiration pour les musiciens de toutes générations auprès de qui il a tant appris.




Lauréat du prix Étoiles Galaxie de Radio-Canada lors du Festival international de jazz de Montréal 2009, Vincent Gagnon lance officiellement son album sous l'étiquette Effendi aujourd’hui 22 septembre au sympathique resto-club Le Largo, où il se produira à nouveau demain en première partie du concert de Lorraine Desmarais à l’occasion du 3e Festival de jazz de Québec.


Hyperliens:
Le site officiel de Vincent Gagnon
Le site officiel du Festival de jazz de Québec
Le site du Largo

Catégories :  EntrevuesJazzExclusivité

17jun

Miriodor, bientôt 30 ans et toutes ses dents!


Près de 30 ans après sa fondation, le groupe de rock progressif et progressiste Miriodor profite de son concert à l’Off Festival de jazz de Montréal pour lancer officiellement son septième album, Avanti!. Rencontre avec le guitariste Bernard Falaise, réalisateur de ce nouvel opus.

Fondé à Québec en 1980 par le claviériste Pascal Globensky et le multi-instrumentiste (violon, flûte, clarinette et claviers) François Émond, le groupe Miriodor a connu bon nombre de remaniements de personnel au fil des ans; il regroupe désormais autour de Globensky le bassiste Nicolas Masino, le batteur Rémi Leclerc et le guitariste Bernard Falaise. Manière d’affirmer une certaine constance malgré les fréquents bouleversements qui ont marqué l’histoire du groupe, Miriodor lance un septième album en près de 30 ans, auquel ont également contribué quelques invités de marque: les saxophonistes Marie-Chantal Leclerc et Pierre Labbé ainsi que le trompettiste Maxime Saint-Pierre.

Bien connu pour ses nombreuses collaborations à divers groupes de musique actuelle et d’avant-garde, Bernard Falaise était de passage à nos studios pour me parler d’Avanti!, dont il signe la réalisation. Intarissable, Falaise a également abordé avec moi ce travail d’écriture collective dont Avanti! est le fruit, de même que le rôle de l’improvisation dans ce processus.




Dans le deuxième bloc d'entrevue, Bernard Falaise évoque sa formation et établit des distinctions entre le jazz et les autres formes de musiques basées sur l'improvisation.




À noter que la participation de Miriodor à l’Off Festival de jazz de Montréal ne constitue pas la première présence du groupe à ce type d’événement; à l’automne 2005, il se produisait au Festival de jazz de Guelf.


Hyperliens:
Le site officiel de Miriodor
Le site officiel de l’Off Festival de jazz de Montréal
Le site du Festival d’été de Québec

Catégories :  EntrevuesJazz

12mai

Le faîte de la carrière d'Édith Butler




Sa carrière couvre plus de quatre décennies. La folkloriste acadienne Édith Butler était de passage à l’émission Fréquence libre. Elle vient de recevoir un Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène, celui de la réalisation artistique.



Édith Butler entend mettre fin aux interminables et épuisantes tournées de spectacles, mais elle donnera des spectacles à l’occasion.

Enfin, Postes Canada imprimera son énergie contagieuse sur un timbre en juin 2009.

Catégories :  EntrevuesActualités musicales

27avr

Le retour sur disque d’Yvan Belleau


Ça faisait quelques années qu'on était sans nouvelles du saxophoniste et clarinettiste Yvan Belleau, sur le front phonographique. Le voici de retour avec Pas à pas, un nouvel album en quartette où le compositeur s'affirme plus que jamais.

Entouré de vieux complices – le pianiste Luc Beaugrand, le contrebassiste Frédéric Alarie et le batteur Camil Bélisle –, Yvan Belleau explore sur ce nouvel album une dizaine de ses compositions originales. Et c’est encore plus vrai que sur son précédent opus, Clair et net, c'est moins au saxophone qu'à la clarinette et à la clarinette basse qu'il s'illustre ici, désireux d'exploiter au maximum les possibilités de cet instrument selon lui négligé dans le jazz.

J'ai rencontré Yvan Belleau la semaine dernière, en prévision du lancement officiel de l'album, demain à Montréal. Et ç'a été pour lui l'occasion de me parler de ce qui l'a occupé depuis quelques années, de son rapport à la composition et à l'improvisation, des différences entre saxophone et clarinettes.




Dans la deuxième partie de notre entretien, Yvan Belleau fait l'éloge de ses partenaires dans cette aventure, le trio susnommé ainsi que le poète et performeur Raôul Duguay, qui se joint à eux en mode crooner le temps de la seule reprise au programme (le classique Le chemin). Il aborde également le défi de l'écriture et de l'interprétation de la pièce en solo qui donne son titre à l'album, ainsi que le legs de son grand ami, le regretté Eval Manigat, à qui il dédie le Konpa pour Eval.




Illustré par une peinture de son frère Michel Belleau, Pas à pas du saxophoniste et clarinettiste sera lancé ce mardi 28 avril à l'heure de l'apéro à la Galerie MX de Montréal, où se tiendra justement du 30 avril au 18 mai l'exposition TRAJET de Michel.


Hyperliens:
La page MySpace d’Yvan Belleau
La galerie MX

Catégories :  EntrevuesJazz

24avr

Le prince crapaud de Claire Denamur


Claire Denamur

« Claire Denamur a vécu 10 ans entre Toronto et New York. Bordelaise née d’une mère argentine et d’un père franco-néerlandais, elle fait paraître un album riche, où la chanson française prend des accents folk et se nourrit de folklore argentin et de fado portugais. [...] »
Tiré de la page de l'émission Fréquence libre.


Vidéoclip: Le prince charmant - Claire Denamur


Entrevue:
Claire Denamur: coquine et frondeuse à Fréquence libre

Liens externes:
Site MySpace de Claire Denamur
Catégories :  ChansonEntrevuesVidéoclip

23avr

France Beaudoin: une heure avec...


France Beaudoin

Animatrice talentueuse, France Beaudoin nous impressionne par sa curiosité, son énergie et son charme. Polyvalente et charismatique, elle sait mettre ses invités à l'aise pour nous en dévoiler des facettes insoupçonnées.

Sur les ondes d'Espace musique, France Beaudoin tient la barre de France Beaudoin: une heure avec.... où elle s'entretient avec un artiste invité des chansons et musiques qu'il aime et qui sont ou ont été importantes pour lui.

L'émission France Beaudoin: une heure avec... est terminée pour cette saison. Mais vous pouvez dès maintenant réentendre l'intégrale des entrevues sur le web.

Émissions intégrales:
29 mars: Yann Perreau
22 mars: Pierre Flynn
15 mars: Luc Plamondon
8 mars: Sébastien Plante
1er mars: Louise Forestier
22 février: Marjo
15 février: Mara Tremblay
8 février: Bruno Pelletier
1er février: Dan Bigras
25 janvier: Lynda Lemay
18 janvier: Luce Dufault
11 janvier: Natalie Choquette

Équipe de l'émission:
Animation: France Beaudoin
Recherchistes: Julia Langlois, Hélène Larouche et Dominique Mauffette
Réalisation: Marie-Claude Senécal
Catégories :  Entrevues

30mar

Le feu sacré d'Aurélia O'Leary


Révélée par Allume, premier album paru en novembre dernier, la chanteuse Aurélia O’Leary a vite été adoptée parmi les artistes fétiches d’Espace musique. Son disque la situe au carrefour du jazz, du folk, de la chanson française et des musiques du monde. Je l’ai rencontrée pour discuter de son parcours, de son métier, de son rapport à la musique en général.

Née à Gaspé, Aurélia O’Leary a cependant passé sa jeunesse dans le midi de la France, où elle s’est d’abord intéressée aux chevaux. De son propre aveu, elle est venue assez tard à la musique; mais elle s’y est vite investie corps et âme, pour reprendre le titre d’un célèbre standard. Après des débuts dans le rock, Aurélia O’Leary remporte le concours de Jazz Vocal de Crest, se produit en première partie d’Henri Salvador, se voit sélectionnée par la FNAC dans la série « Agitateurs de nouveaux talents » et poursuit son apprentissage à Paris, aux côtés de musiciens de jazz tels que Louis Winsberg, Stéphane Huchard et Pierre De Bethman, pour ne nommer que ceux-là.




De retour dans son Québec natal depuis quelques années, Aurélia O’Leary poursuit sa trajectoire sur la scène musicale montréalaise, où elle a su concilier ses influences diverses. C’est aux côtés de l’audacieux Thomas Carbou (à la guitare huit cordes et aux bidouillages électroniques) qu’elle enregistre Allume, un recueil de ses chansons originales empreintes d’humanisme et de poésie onirique. L’équipe de programmation d’Espace musique n’a pas tardé à adopter cet album métissé, qui allie avec brio le jazz, le folk et les réminiscences africaines.




Artiste entière, au tempérament fort, Aurélia O’Leary se produira avec son fidèle complice Carbou au club Dièse Onze de la rue Saint-Denis à Montréal, le 8 avril prochain. Elle nous invite à surveiller sa page MySpace pour d’éventuelles dates de concert en dehors de la métropole québécoise.


Hyperliens:
La page MySpace d’Aurélia O’Leary
Le site officiel de Thomas Carbou

Catégories :  EntrevuesJazz

25mar

Les 10 ans d'Effendi Jazz (2e partie)


Décidément, le contrebassiste Alain Bédard ne chôme pas; non content de présider aux destinées du label Effendi et de diriger son Auguste Quintet, il est également l’un des maîtres d’œuvre de l’événement Jazz en Rafale, présenté pour la neuvième année consécutive les 26, 27 et 28 mars, puis les 2, 3 et 4 avril à l’Espace Dell’Arte de Montréal.

Dans notre dernier bloc d’entrevue, Alain Bédard aborde avec moi ce minifestival qu’il a mis sur pied avec ses complices d’Effendi et de Jazz Services, la maison de diffusion de spectacles qui encadre les activités du label. Né en 2001, l’événement Jazz en Rafale est devenu un incontournable de l’année jazz québécoise, une sorte d’avant-goût printanier des délices que réserveront les manifestations estivales.




En plus d’une soirée spéciale commémorant le 10e anniversaire d’Effendi, Jazz en Rafale accueille un aréopage de pianistes dans le cadre de la Soirée bénéfice pour le Centre Philou ainsi que les guitaristes Carl Naud et Sylvain Provost. Et de prestigieux invités étrangers se joignent à la fête, les groupes de la batteuse française Anne Pacéo et de son compatriote saxophoniste Émile Parisien, le saxophoniste américain Ted Nash (révélé entre autres par son travail au sein du Lincoln Center Jazz Orchestra) et l’extraordinaire pianiste cubain Omar Sosa.



Lieu de rencontre entre les jazzmen québécois et leurs collègues de l’Amérique et de l’Europe, Jazz en Rafale se double depuis quatre ans du Concours de la relève (désormais présenté en association avec Jupiter-Vandoren) qui offre aux voix émergentes du jazz d’ici une vitrine exceptionnelle où se faire valoir. C’est le cas notamment de la formation gagnante de l’an dernier, le Jazz Culture Club, quartet également primé au jeune Festival de Jazz de Québec en 2007 (soit dit en passant, je siégeais sur ce jury-là).




Hyperliens:
Le site officiel des disques Effendi
Le site officiel de Jazz en Rafale
Le site officiel d’Omar Sosa
Le site officiel de Ted Nash

Catégories :  EntrevuesJazz

24mar

Les 10 ans d'Effendi Jazz (1re partie)


Fondée en 1999 par le contrebassiste Alain Bédard et la chanteuse Carole Therrien, l’étiquette Effendi s'est vite imposée comme un acteur incontournable sur la scène du jazz canadien.

En 10 ans, Effendi a fait paraître 90 albums signés autant par des valeurs sûres (notamment Jean Vanasse et son Vanassextet, François Richard, François Marcaurelle, Yves Léveillé, Yanick Rieu) que par des étoiles montantes (Andrée Boudreau, Franz Lozano, André Larue, Julie Lamontagne et bien d'autres). D'ailleurs, un certain nombre de ces disques ont acquis le statut d'œuvres classiques de notre production locale et contemporaine, aisément comparables au meilleur du jazz international. À l'occasion du dixième anniversaire de l’étiquette, j'ai rencontré son pdg, Alain Bédard, histoire d'esquisser un bilan de cette première décennie.




Lui-même musicien, Alain Bédard a contribué en tant que contrebassiste, compositeur et chef d'orchestre au succès des disques Effendi, au sein de la formation protéiforme Effendi Jazzlab et à la tête de son Auguste Quintet (avec les saxos Jean-Christophe Béney, Frank Lozano, le pianiste Alexandre Grogg et le batteur Pierre Tanguay). Dans le deuxième extrait de notre entretien, Bédard nous parle justement de sa propre carrière.




Histoire d'illustrer la richesse de ces collaborations avec des étoiles du jazz étranger, je vous propose deux extraits vidéo d'une prestation de l'Auguste Quintet avec, pour l'occasion, le réputé saxo français Julien Lourau en lieu et place de Jean-Christophe Béney. D'abord, la pièce Archange.



C'est à l'occasion de la tournée « Québec Jazz » que l'Auguste Quintet se produisait au Duc des Lombards de Paris le 3 octobre 2008. La pièce suivante s'intitule O comme H2O.




Hyperliens:
Le site officiel des disques Effendi
10 ans, ça se fête. Article de Radio-Canada du 25 mars 2009

Catégories :  EntrevuesJazz

23mar

La chanteuse China Moses rend hommage à Dinah Washington



Si China Moses s’est d’abord fait connaître outre-Atlantique comme journaliste à MTV France, elle s’est aussi illustrée comme chanteuse soul. Sur This one’s for Dinah, son troisième disque, mais le premier à classer au rayon jazz, elle rend hommage à la grande Dinah Washington.



Fille de la célèbre diva du jazz DeeDee Bridgwater, China Moses a manifestement grandi dans une maison habitée par la note bleue. Déjà en 1997, sa participation à la compilation Jazz à Saint-Germain (une relecture de Lover man) laissait entendre qu’elle n’était pas indifférente au charme intemporel des standards. Avec la complicité des membres du trio du pianiste et orchestrateur Raphaël Lemmonier et de quelques invités triés sur le volet (dont le saxo Daniel Huck et le trompettiste François Biensan qui signe les arrangements de cuivres), China s’approprie une poignée de chansons associées à la regrettée « Queen of the Blues » (Mad about the boy, Evil gal blues, What a difference a day makes, etc.), comme un bouquet de gardénias bleus.



Et dans cette vidéo diffusée par Blue Note France, China Moses et Raphaël Lemonnier racontent la genèse du projet.



Certes, je suis le premier à le déplorer, bon nombre de ces albums dédiés aux grandes figures disparues du jazz fleurent l’astuce de marketing à plein nez. This one’s for Dinah se démarque cependant du lot à cause du swing imparable et du soul profond de la chanteuse, ainsi que de la qualité du jeu de ses partenaires. Et même si son timbre nasillard et certains arrangements ne plairont pas à tous, je me prends à espérer que China Moses et cie traversent la Grande Mare pour une tournée nord-américaine.


Hyperlien:
Une autre entrevue avec China Moses, celle-là proposée par FnacLive
Catégories :  EntrevuesVidéoclipJazz

23mar

Dans le iPod de Yann Perreau




Tout nouveau tout chaud, Un serpent sous les fleurs est le quatrième album de Yann Perreau.

Le chanteur a bien voulu nous dévoiler les albums qu’il écoute le plus souvent dans son iPod.

Voici ses choix.

Dan Auerbach
Keep it hid
« C'est Mathieu Parisien, l'ingénieur de Karkwa et un bon ami, qui m'a fait découvrir ce disque. De la vraie bonne musique d'outsider. »




Alain Bashung
Bleu pétrole
« Pour le son, la poésie et l'audace... encore une fois! »




Marie-Pierre Arthur
« Qu'elle est belle, cette fille-là! Du dedans comme du dehors, elle me fait du bien. »
Écoutez la chanson Pourquoi


Nick Cave & the Bad Seeds: roots & collaborations (Mojo presents a 15 tracks celebration
« Cet homme-là m'inspire beaucoup, et j'aime écouter cet album pour entendre quelles sont ses influences à lui (Johnny Cash, Hank Williams, John Lee Hooker, entre autres). »




Antonio
« Pour la qualité et la beauté des musiques de mon ami et frère de son, David Brunet. Il faut aller à son spectacle le 27 mars à La Tulipe! »

ANTONIO



Hyperliens:
Le site officiel de Yann Perreau
Yann Perreau à Christiane Charette
Catégories :  EntrevuesExclusivité

18mar

Emilie-Claire Barlow: une belle rencontre (fin)


Profitant du passage de la chanteuse torontoise Emilie-Claire Barlow à Montréal, Espace jazz l’a rencontrée la semaine dernière pour discuter de son nouvel album justement intitulé… Haven’t we met?

Dans ce troisième et dernier extrait de l’entrevue qu’elle m’a accordée, Emilie-Claire Barlow aborde la question du rapport qu’elle entretient avec les musiciens qui l’accompagnent sur disque, dont le pianiste David Restivo et le guitariste Reg Schwager, figures de proue du jazz torontois. La chanteuse parle aussi des arrangements de cordes qu’elle a signés elle-même et du défi que représente la direction d’orchestre. Enfin, Barlow nous confie qu’elle ne sent pas encore le besoin d’écrire ses propres chansons, le « Great American Songbook » lui offre un répertoire suffisamment vaste et riche pour pouvoir s’exprimer en tant qu’interprète.




Faut-il rappeler à nouveau que des extraits du plus récent album d’Emilie-Claire Barlow ont été intégrés à l’ambiance « Martini » de notre toute nouvelle webradio Espace jazz?


Hyperlien:
Le site officiel d’Emilie-Claire Barlow

Catégories :  EntrevuesJazz

16mar

Emilie-Claire Barlow: une belle rencontre (2e partie)


Haven’t We Met?, le septième album de la chanteuse torontoise la place sur les talons de son aînée Diana Krall dans le peloton de tête des divas canadiennes du jazz pop.

Dans ce deuxième extrait vidéo de l’entretien qu’elle m’a accordé, Emilie-Claire Barlow parle notamment des critères qui la guident pour le choix de son répertoire. À 32 ans, la jeune chanteuse qui fait carrière depuis un quart de siècle nous confirme son attachement aux standards du « Great American Songbook » (You’re Driving Me Crazy, I’m Glad There Is You ou You Make Me Feel So Young), à la bossa nova et à la chanson française. Elle raconte entre autres sa découverte de Jardin d’hiver, chanson de Keren Ann Ziedel et Benjamin Biolay qu’elle a empruntée à feu Henri Salvador.




Je vous rappelle que des extraits du plus récent album d’Emilie-Claire Barlow ont été intégrés à l’ambiance « Martini » de notre toute nouvelle webradio Espace jazz.

Catégories :  EntrevuesJazz

13mar

Emilie-Claire Barlow: une belle rencontre (1re partie)


Haven’t we met? Telle est la question que pose le standard éponyme du nouvel album de la chanteuse torontoise Emilie-Claire Barlow. Question à laquelle je peux désormais répondre par l’affirmative: nous nous sommes bel et bien rencontrés… et j’en suis fort aise!

Enfant prodige élevée dans une famille de musiciens (son père est batteur, sa mère chanteuse), Emilie-Claire Barlow a commencé sa carrière professionnelle à l'âge de 7 ans en faisant du doublage pour la télévision et des jingles pour la radio.

Entourée de la crème des musiciens torontois (entre autres, le guitariste Reg Schwager, le pianiste David Restivo et le trompettiste Chase Sanborn) et avec le soutien d’une section de cordes sous sa propre direction, elle propose sur Haven’t we met? une sélection de standards immortels, de bossas-novas et de chansons françaises.

De passage au Québec pour promouvoir ce septième album en 10 ans, Emilie-Claire Barlow s’est volontiers prêtée au jeu de l’entrevue. Dans ce premier extrait de notre entretien, elle me parle de son amour pour le jazz, des chanteurs et chanteuses qui l’ont marquée, dont Ella Fitzgerald.




On peut entendre des extraits du plus récent disque d’Emilie-Claire Barlow sur Espace jazz, dans l’ambiance « Martini ».


Hyperlien:
Le site officiel d’Emilie-Claire Barlow

Catégories :  EntrevuesJazz

12mar

La pianiste Chantale Gagné: son heure de gloire


La pianiste Chantale Gagné à l’Espace Dell’Arte: la cerise sur le sundae du lancement d’Espace jazz.

Il était fort à propos pour Chantale Gagné d’interpréter devant un public déjà conquis le standard My shining hour. En un sens, le concert qu’elle présentait hier en compagnie de ses excellents accompagnateurs était bel et bien pour elle une heure de gloire.

Il me semble qu'il allait de soit qu’on retienne cette Québécoise expatriée à New York parmi les Révélations 2008-2009 de Radio-Canada Musique. Personnellement, je l’ai découverte avec son premier album autoproduit, Silent strenght, sorti l’été dernier sans le support d’une campagne de presse et qui s’est imposé sur la seule base de ses mérites musicaux. Lors d’une entrevue qu’elle m’a accordée la vieille du concert, elle me raconte son installation dans La Mecque du jazz, il y a un peu moins de deux ans.




Ce n’est pas le moindre mérite de Chantale Gagné d’avoir suivi l’appel de ses rêves en sollicitant d’abord le tutorat de celui qui était appelé à devenir son mentor, le légendaire pianiste Kenny Barron. Dans le deuxième extrait de notre entretien, elle me parle de l’accueil chaleureux que lui a réservé la scène jazz newyorkaise et de sa collaboration avec les vétérans qui l’accompagnent sur disque et sur scène, le contrebassiste Peter Washington et le batteur Lewis Nash.





Hyperlien:
Le site officiel de Chantale Gagné


11mar

Les chansons accrocheuses de La Patère rose



À Fréquence libre, Philippe Fehmiu a reçu le groupe La Patère rose, qui lançait son premier album.

Formé de la pianiste Fanny Bloom et de deux musiciens de Misteur Valaire, La Patère rose propose des pièces inspirées de la chanson française, du jazz et de l’électro.

Voici un extrait d’une chanson de La Patère rose.


Teaser || La patère rose from Dare To Care Records on Vimeo.
Catégories :  ChansonEntrevues

3mar

De la musique pour la semaine de relâche



Je l’ai déjà vu en spectacle avec ma fille, sans trop savoir qui il était. D’ailleurs, la petite (et aussi son père) avait bien apprécié cette courte représentation.

C’est donc avec une légère surprise que j’ai appris que Benoît Archambault du groupe Mes Aïeux mène également une carrière solo auprès des enfants.

Il présentait son troisième album, Sourires, à Catherine Perrin de l’émission Fréquence libre.

Surveillez les dates de ses prochains spectacles sur son site Internet.


Hyperlien:
Le site Internet de Benoît Archambault
Catégories :  ChansonEntrevuesActualités musicales

3mar

L'obsédé musical Alexandre Courteau



Dans la foulée du lancement du nouveau site de Bande à part, j’ai demandé à l’animateur Alexandre Courteau de me révéler ce qu’il écoute en forte rotation dans son iPod.

Voici son choix.

Andrew Bird
Noble beast
« Ce jeune américain de Chicago, qui n'en est pas à son premier album, m'a séduit avec sa pièce Masterswarm. Un morceau musicalement envoûtant comme une balade en train, avec un texte qui a frappé mon imaginaire parce qu'il parle de façon poétique de la maladie. Le disque est assez doux, comme la musique de Patrick Watson. »




Herman Dune
Next year in Zion
« Un autre disque simple, sans prétention et sans prouesse technique du duo folk/pop européen. C'est vraiment accrocheur. Oui, c'est un peu mal chanté, mais quand j’écoute Herman Dune, je me sens en vacances à Cape Cod. J'adore le sentiment de liberté que procure leur musique. »




Jay Reatard
Matador singles '08
« Je ne me lasse pas de cette collection de singles. C'est tout ce qu'on veut d'un disque de rock: percutant, puissant et anticonformiste. Le jeune musicien de Memphis, décapant sur scène et dont le vrai nom est Jay Lindsey, est allé à l'école des Buzzcocks, des Ramones et des autres grands groupes du genre. »

.


Eugene McGuinness
The early learnings of Eugene McGuinness
« Son premier disque est génial. Toutes les chansons sont bien écrites. Ce jeune de Liverpool nous surprend chaque détour. J'écoute exagérément depuis un mois sa pièce Moscow state circus. Du rock anglais à son meilleur. »

Catégories :  Entrevues

9fév

Party de cuisine avec Malajube


Malajube

À l'approche de la sortie de l'album Labyrinthes qui aura lieu la semaine prochaine, Bande à part invite Malajube dans leur cuisine. Pour l'occasion, Julien Mineau se fait comparer à Syd Barrett et le groupe concocte une version acoustique de la pièce Hérésie.

Écoutez le Party de cuisine, avec Malajube.
Catégories :  EntrevuesActualités musicales

3déc

Grande entrevue: Claude Léveillée



Catégories :  EntrevuesClaude Léveillée

2déc

Claude Léveillée, un artiste au piano
sur le site des Archives de Radio-Canada


Claude Léveillée

Les Archives de Radio-Canada ont préparé pour vous un grand dossier sur la vie de Claude Léveillée, qui comprend, entre autres, une entrevue réalisée en 1967 à l'émission Entretien d'été.
Catégories :  EntrevuesClaude Léveillée

1erdéc

Hommage à Claude Léveillée


Claude Léveillée


Le mercredi 3 décembre, Radio-Canada profite du lancement du 2e tome de la biographie de Claude Léveillée et de son dernier CD, Un cœur sans pays, pour rendre hommage à cet artiste qui a grandement marqué le milieu de la chanson d’ici.

ÉCOUTEZ LES HOMMAGES DES ARTISTES QUI L'ONT CÔTOYÉ
Andre Gagnon, 1re partie
Andre Gagnon, 2e partie
Edith Piaf
Frank Furtado
Gilles Vigneault
Marcel Dubé
Michel Rivard
Paul Buissonneau
Richard Séguin
Yvon Deschamps


Claude Léveillée chante Frédéric

Catégories :  EntrevuesClaude Léveillée